SADB
La Société des Amateurs de Dogues de Bordeaux

Categories

Accueil > La SADB > Conseils d’élevage et de lutte contre les T.G.I. > Conseils d’élevage et de lutte contre les T.G.I.

18 août 2011
Webmaster

Conseils d’élevage et de lutte contre les T.G.I.

English français

Conseils d’élevage et de lutte contre les T.G.I.


Le principal objectif d’une association de race canine est de mettre en œuvre tous les moyens qui lui sont permis pour promouvoir l’amélioration de la race dont elle a la charge.


La Société des Amateurs de Dogues de Bordeaux a pour devoir d’encourager ses éleveurs vers un programme de lutte contre les « T. G. I. », c’est à dire les Tares Génétiques Invalidantes.


C’est pourquoi elle préconise les recommandations d’élevage ci-dessous, que chacun pourra suivre, dans la mesure de ses possibilités.


1° / La Dysplasie Coxo-Fémorale (HD) - obligation d’anesthésie :

  • Faire radiographier les reproducteurs, en vue du dépistage de la DCF envoyer les clichés au lecteur Officiel pour la S.A.D.B. et publier tous les comptes-rendus, quelle que soit la note obtenue.
  • Ne pas faire reproduire les chiens non dépistés
  • Pratiquer des accouplements raisonnés, c’est à dire :
    • Sur des chiennes notées « D » utiliser des Étalons notés « A » ou « B »
    • Pour les femelles ayant obtenu la note « E », les points suivants sont recommandés :
    • A) La chienne devra cumuler les qualités suivantes :
      • être confirmée ;
      • avoir obtenu en classe intermédiaire, ouverte ou champion, au minimum 3 EXC en SPE ou RE ou CHPT ou NE sous 3 juges différents ; 3) avoir obtenu le TAN avec au minimum 4/5 aux allures
      • être identifiée génétiquement (ADN)
      • avoir un pedigree complet ;
    • B) Elle devra être accouplée avec un mâle à la dysplasie notée "A"


2° / La dysplasie du coude (ED) – anesthésie non nécessaire :

  • Faire radiographier ses reproducteurs, en vue du dépistage de la ED.
  • Envoyer les clichés au lecteur Officiel pour la S.A.D.B. et publier tous les comptes-rendus, quelle que soit la note obtenue.
  • Ne faire reproduire un chien atteint de ED qu’avec un chien noté 0 ou SL


3° / Les Affections Cardio-vasculaires :

  • Faire échographier pour les cardiopathies congénitales, tous ses reproducteurs avant la mise en reproduction
  • Renouveler cette simple échocardiographie, pour détecter les cardiomyopathies dilatées, tous les 18 mois pendant la carrière de reproducteur des sujets
  • Ne pas mettre à la reproduction les Lices et Étalons atteints de :
    • Cardiomyopathie Dilatée (CMD) Si un chien est atteint, en informer le club.
    • Sténose Pulmonaire
    • Sténose sous-aortique
    • Dysplasie mitrale
    • Dysplasie tricuspide


4° / La Kératodermie Naso-Plantaire (KNP) :

  • Faire dépister tous ses reproducteurs : test HFH-B
  • Pour les chiots issus de 1 parent porteur et de 1 parent sain, ne garder pour la reproduction que des chiots dépistés.
  • Il est également conseillé (mais pas obligatoire en raison du coût engendré) de dépister tous les chiots de la portée et d’informer les acquéreurs du statut de leurs chiots au regard de cette maladie.


5° / Les Tares Oculaires :

  • Ne pas mettre à la reproduction les Lices et Étalons visiblement atteints par une affection oculaire d’origine génétique, et en informer le club si le cas survenait.


6° / Les immunodépressions :

  • Ne pas mettre à la reproduction les Lices et Étalons atteints par une immunodépression, notamment en cas de démodécie.
  • Éviter au maximum de faire reproduire ces sujets même en cas de guérison.


7° / Les ligaments croisés :

  • Ne pas faire reproduire deux chiens atteints de rupture des ligaments croisés entre eux.


8° / Les allures :

  • Ne pas faire reproduire tout chien ajourné aux allures.

ET D’UNE MANIERE GENERALE


Dans le cas d’une tare invalidante pour laquelle le déterminisme héréditaire est connu.

  • Ne pas mettre à la reproduction les Lices et Étalons visiblement atteints.
  • Ne pas faire reproduire un sujet « porteur asymptomatique »
  • Ne pas accoupler deux partenaires ayant chacun un géniteur « porteur asymptomatique ».
  • Ne pas accoupler deux partenaires ayant chacun un frère ou une soeur atteint.
  • Accepter de soumettre ses reproducteurs et leurs descendants à des tests prélèvements cellulaires en vue de la recherche génétique sur cette maladie.

titre documents joints

partager