SADB
La Société des Amateurs de Dogues de Bordeaux

Categories

Accueil > La Santé > L’arthrose > La Chondroïtine pour l’Arthrose

19 août 2011
Webmaster

La Chondroïtine pour l’Arthrose

Connue sous le nom de « sulfate de chondroïtine », la chondroïtine est un mucopolysaccharide acide, élément constitutif de la substance fondamentale du cartilage, de l’os et de divers autres tissus conjonctifs. La chondroïtine est naturellement produite par l’organisme. Elle contribue à la formation et à l’entretien du tissu cartilagineux, dont le rôle est d’assurer la solidité et la souplesse des articulations. Comme c’est le cas pour la glucosamine et l’adénosylméthionine (SAMe), on considère qu’elle peut soulager les douleurs de l’arthrose et, au-delà de cet effet symptomatique, contribuer à stopper ou ralentir le cours de cette maladie qui se traduit par une dégénérescence des tissus articulaires, surtout lorsqu’elle est prise dès que le diagnostic a été établi, et c’est souvent précocement le cas dans les races de certains chiens de grande taille et taille géante. Les suppléments du commerce sont généralement composés d’un extrait de trachée provenant des bovins d’élevage. Ce conduit des voies respiratoires supérieures, inutilisé lors de la découpe des bêtes promises à nos boucheries, est principalement constitué d’un tissu cartilagineux riche en chondroïtine. Des marques reconnues pour leur qualité proposent des compléments à base de chondroïtine très bien dosés, concernant un adulte humain ou un chien d’entre 50 et 70 kgs. Bien entendu, un organisme en bonne santé devant produire normalement la chondroïtine dont il a besoin, il ne faut pas supplémenter tant qu’on ne se trouve pas face à des poussées d’arthrose avérées, des chondropathies, ostéochondropathies, ou des ostéochondrites.

La chondroïtine a été isolée pour la première fois en 1960, et sa popularité pour traiter l’arthrose a grimpé en flèche à la suite de la publication, en 1997, de The Arthritis Cure. Dans cet ouvrage, l’auteur, J. Theodosakis, affirme que la régénération des tissus cartilagineux est possible grâce à des substances comme la chondroïtine et la glucosamine. En termes de pratique humaine mais aussi pour l’avoir expérimentée sur nos chiens familiaux, tous des bergers allemandes de race, je vous certifie que c’est véridique. D’ailleurs la chondroïtine, sous forme intramusculaire, est utilisée en médecine vétérinaire en Europe et depuis quelques années en Amérique du Nord.

Recherches

Arthrose. En 2000, les auteurs de deux synthèses (sept études réunissant 373 sujets et neuf études réunissant 799 sujets) concluaient à la supériorité de la chondroïtine sur un placebo pour soulager la douleur liée à l’arthrose. En 2001, une équipe de chercheurs français confirmait ces résultats au cours d’un essai à double insu avec placebo mené auprès de 130 sujets traités durant trois mois, puis suivis durant trois autres mois. Les résultats de quelques-unes des études cliniques démontrent que la chondroïtine ne fait pas que soulager les symptômes, mais qu’elle protège aussi les articulations contre une dégradation ultérieure du cartilage et qu’elle favoriserait une certaine régénération des tissus cartilagineux. De plus, deux essais démontrent que l’effet positif de la chondroïtine se maintient durant deux à trois mois après l’arrêt du traitement. Le mode d’action de la chondroïtine est encore mal connu et fait actuellement l’objet de recherches ainsi que d’un certain nombre de spéculations de la part des chercheurs. On associe souvent la chondroïtine à la glucosamine pour traiter l’arthrose, mais les études à ce sujet sont peu nombreuses et la preuve de la supériorité thérapeutique de cette combinaison sur la glucosamine seule n’a pas encore été clairement établie, bien que les orthopédistes et la plupart des praticiens en santé naturelle l’aient expérimentée via leurs patients humains ou animaux. Une étude de grande envergure financée par les National Institutes of Health a été lancée aux états-Unis et devrait faire la lumière sur ce point. Elle comparera durant six mois les effets d’un placebo, de la glucosamine, de la chondroïtine, et d’une combinaison de ces deux substances chez 1 500 sujets humains souffrant d’arthrite du genou.
L’innocuité de la chondroïtine en supplémentation n’a pas été établie en cas de gestation ni d’allaitement.

Contre-indications

Les troubles de la coagulation sanguine. Théoriquement, la chondroïtine pourrait accroître le risque de saignement chez les personnes souffrant de troubles de la coagulation, puisqu’on pense qu’elle pourrait avoir un léger effet anticoagulant. En effet, sa structure chimique présente des similitudes avec celle des médicaments anticoagulants. Aucun cas n’a cependant été signalé à ce jour, ni en humaine ni en vétérinaire. Les effets indésirables observés sont rares lorsque les dosages sont adéquats ; quelquefois cependant de légers malaises gastro-intestinaux surviennent, qui cessent spontanément au bout de deux ou trois jours maximum, ou lorsque le dosage est revu à la baisse.

Interactions

Avec des plantes ou des suppléments : Aucune connue. Avec des médicaments : Théoriquement, les effets de la chondroïtine pourraient s’ajouter à ceux des médicaments anticoagulants. Notez cependant que, malgré une similitude chimique avec certains anticoagulants, la chondroÃïtine n’a pas montré d’effet sur la coagulation du sang jusqu’à ce jour. Cependant, par précaution, on s’abstient d’en conseiller dans ces cas-là. La chondroïtine aurait ainsi plusieurs mécanismes d’action parallèles. D’une part, elle contribuerait à diminuer les symptômes de l’arthrite en favorisant la reconstruction du cartilage et en inhibant partiellement l’enzyme qui le détruit (la hyaluronidase) et, d’autre part, elle agirait de façon similaire à la glucosamine au chapitre de la formation du cartilage et du liquide synovial. Par ailleurs, plusieurs compagnies offrent des produits combinant glucosamine et chondroïtine. Comme la glucosamine coûte moins cher, il est judicieux de la recommander seule, en tout début de traitement, et, si les résultats sont décevants, on peut alors suggérer la combinaison des deux, dès trois semaines de prise quotidienne chez l’animal, afin de bénéficier de leurs mécanismes d’action différents mais complémentaires.

Indications chez les canins

Note : La chondroïtine se présente quasiment toujours sous forme de comprimés assez gros, difficilement sécables, qui ne conviendraient ni à un félin ni à un chien de petite taille. Les dosages que nous utilisons en médecines naturelles appliquées à la vétérinaire concernent un chien dont le poids est compris entre 50 et 70 kgs.

1) Arthrose légère ou modérée

2) Arthrose dûe à l’âge ou arthrose dûe à la race

3) Ostéochondrites, ostéochondropathies, chondropathies simples

4) Fractures chondrales et autres fractures pour accélérer le processus de ressoudage osseux

C’est une alternative naturelle efficace, sérieuse, et qui a fait ses preuves notamment en orthopédie canine et équine.

Courtoisie : Carole B-MORIN Phyto-Aromatologue Spécialisée Canins et Félins Caromoricerpav@aol.com

partager