SADB
La Société des Amateurs de Dogues de Bordeaux

Categories

Accueil > La Loi > Le décret n° 99-1164 du 29 décembre 1999

19 août 2011
Webmaster

Le décret n° 99-1164 du 29 décembre 1999

Le décret n° 99-1164 du 29 décembre 1999 pris pour l’application du chapitre III du titre II du livre II du Code Rural

Le Premier ministre,

Sur le rapport du ministre de l’économie, des finances et de l’industrie et du ministre de l’agriculture et de la pêche,

Vu le code rural ;

Vu le code pénal ;

Vu le code des assurances, notamment son article L. 411-2 ;

Vu l’ordonnance no 59-2 du 2 janvier 1959 modifiée portant loi organique relative aux lois de finances, notamment son article 5 ;

Vu la loi no 99-5 du 6 janvier 1999 relative aux animaux dangereux et errants et à la protection des animaux ;

Vu le décret no 62-1587 du 29 décembre 1962 portant règlement général sur la comptabilité publique ;

Vu le décret no 97-46 du 15 janvier 1997 relatif aux obligations de surveillance ou de gardiennage incombant à certains propriétaires, exploitants ou affectataires de locaux professionnels ou commerciaux ;

Vu l’avis du Conseil national des assurances (Commission de la réglementation) en date du 8 juillet 1999 ;

Le Conseil d’Etat (section des travaux publics) entendu,

Décrète :

Chapitre Ier : Dispositions relatives à l’application de l’article 211 du code rural

Article 1er

I. - Le lieu de dépôt adapté mentionné à l’article 211 du code rural est :

a) Pour les animaux appartenant à des espèces domestiques, un espace clos aménagé de façon à satisfaire aux besoins biologiques et physiologiques de l’espèce. Le lieu de dépôt peut être une fourrière au sens de l’article 213-3 du code rural. Il doit être gardé ou surveillé dans les conditions définies au II de l’article 4 du décret no 97-46 du 15 janvier 1997 susvisé ;

b) Pour les animaux appartenant à des espèces non domestiques, un établissement d’élevage ou de présentation au public d’animaux vivants régi par les dispositions du chapitre III du titre Ier du livre II (nouveau) du code rural.

II. - Les frais mis à la charge du propriétaire ou du gardien de l’animal comprennent les dépenses relatives à la capture de l’animal, à son transport, à son séjour et à sa garde dans le lieu de dépôt mentionné au I ci-dessus.

III. - Le responsable du lieu de dépôt propose au directeur des services vétérinaires du département un ou plusieurs vétérinaires en vue de leur mandatement pour exercer la mission définie au troisième alinéa de l’article 211 du code rural.

Chapitre II : Dispositions relatives à la détention des chiens de la 1re et de la 2e catégorie visées à l’article 211-1 du code rural

Article 2

La déclaration et le récépissé prévus à l’article 211-3 du code rural doivent être conformes aux modèles fixés par arrêté conjoint du ministre de l’intérieur et du ministre de l’agriculture et de la pêche. Ces documents indiquent le nom et l’adresse du propriétaire ou du détenteur, l’âge, le sexe et le type du chien, ainsi que la catégorie dont il relève. Les pièces mentionnées au II de l’article 211-3 du code rural sont jointes à la déclaration et visées dans le récépissé.

Article 3

La stérilisation des chiens mâles et femelles de la 1re catégorie, prévue au II de l’article 211-4 du code rural, ne peut s’opérer que par voie chirurgicale et de manière irréversible.

Elle donne lieu à la délivrance d’un certificat établi par le vétérinaire et qui est remis au propriétaire de l’animal ou à son détenteur.

Article 4

Il est justifié du respect de l’obligation d’assurance instituée au II de l’article 211-3 du code rural par la présentation d’une attestation spéciale établie par l’assureur.

Dans le cas où le souscripteur du contrat n’est pas le propriétaire ou le détenteur de l’animal, l’attestation mentionne le nom du propriétaire du chien ou du détenteur.

Chapitre III : Dispositions relatives au dressage des chiens au mordant

Article 5

Le dressage au mordant, mentionné à l’article 211-6 du code rural, ne peut être pratiqué que :

a) Pour la sélection des chiens de race, dans le cadre des épreuves de travail organisées par une association agréée par le ministre chargé de l’agriculture ;

b) Pour le dressage et l’entraînement des chiens utilisés dans les activités de gardiennage, surveillance ou transport de fonds. Les séances sont organisées au sein des entreprises qui exercent ces activités, dans les établissements de dressage mentionnés au IV de l’article 276-3 du code rural, ou sous le contrôle d’une association agréée par le ministre chargé de l’agriculture pour pratiquer la sélection canine.

Un arrêté du ministre chargé de l’agriculture et du ministre de l’intérieur fixe les modalités d’application du présent article.

Article 6

Le dossier de demande du certificat de capacité, prévu à l’article 211-6 du code rural, est adressé au préfet du département dans lequel le postulant a son domicile.

Le préfet peut délivrer le certificat de capacité aux postulants qui justifient :

a) Soit d’une durée minimale de cinq années d’exercice de l’une des activités mentionnées au précédent article, en produisant un certificat de travail ou une attestation d’activité délivrée dans des conditions fixées par arrêté du ministre chargé de l’agriculture ;

b) Soit de la possession d’un diplôme, titre ou certificat figurant sur une liste publiée par arrêté du ministre chargé de l’agriculture ;

c) Soit de connaissances et de compétences suffisantes attestées par le directeur régional de l’agriculture et de la forêt, ou par le directeur de l’agriculture et de la forêt pour les départements d’outre-mer. Le contenu, les modalités d’évaluation des connaissances et des compétences ainsi que la liste des établissements habilités à participer à cette évaluation sont définis par arrêté du ministre chargé de l’agriculture.

Les pièces constituant le dossier de demande du certificat de capacité et les modalités de présentation de ce dossier et de délivrance du certificat sont fixées par arrêté du ministre chargé de l’agriculture et du ministre de l’intérieur.

Article 7

Les frais de l’évaluation mentionnée au c de l’article 6 sont supportés par le candidat. Ils donnent lieu à la perception par l’Etat d’une redevance pour services rendus qui est exigible à l’occasion de chaque demande.

Le montant et les modalités de perception de cette redevance sont précisés par arrêté conjoint du ministre chargé de l’agriculture et du ministre chargé du budget.

Chapitre IV : Dispositions pénales

Article 8

Le fait, pour le propriétaire ou le détenteur d’un chien de la 1re ou 2e catégorie telles que définies à l’article 211-1 du code rural, de ne pas avoir procédé à la déclaration en mairie prévue à l’article 211-3 du même code est puni des peines prévues pour les contraventions de la 4e classe.

Le fait, pour le propriétaire ou le détenteur d’un chien de la 1re ou 2e catégorie telles que définies à l’article 211-1 du code rural, de ne pas être couvert par une assurance garantissant sa responsabilité civile pour les dommages causés aux tiers par l’animal, conformément à l’article 211-3-II du même code, est puni des peines prévues pour les contraventions de la 3e classe.

Le fait, pour le propriétaire ou le détenteur d’un chien de la 1re ou 2e catégorie telles que définies à l’article 211-1 du code rural, de ne pas avoir fait procéder à la vaccination contre la rage de cet animal est puni des peines prévues pour les contraventions de la 3e classe. Ces dispositions sont applicables même dans les départements n’ayant pas été officiellement déclarés infectés de rage.

Le fait, pour le propriétaire ou le détenteur d’un chien de la 1re ou 2e catégorie telles que définies à l’article 211-1 du code rural, de ne pas présenter à toute réquisition des forces de police ou de gendarmerie le récépissé de la déclaration en mairie tel que prévu par l’article 211-3 et les autres pièces, en cours de validité, mentionnées à l’article 211-3-II du code rural est puni des peines prévues pour les contraventions de la 3e classe.

Le fait de détenir un chien de la 1re catégorie telle que définie à l’article 211-1 du code rural dans des transports en commun, des lieux publics, à l’exception de la voie publique, et des locaux ouverts au public est puni des peines prévues pour les contraventions de la 2e classe. Le fait de laisser stationner un tel chien dans les parties communes des immeubles collectifs est puni des mêmes peines.

Le fait, pour le propriétaire ou le détenteur d’un chien de la 1re ou 2e catégorie telles que définies à l’article 211-1 du code rural, de laisser son chien non muselé, ou non tenu en laisse par une personne majeure, sur la voie publique est puni des peines prévues pour les contraventions de la 2e classe. Les mêmes dispositions sont applicables au propriétaire ou au détenteur d’un chien de la 2e catégorie, lorsque ce dernier se trouve dans des lieux publics, locaux ouverts au public ou transports en commun.

Le fait, pour le propriétaire ou le détenteur d’un chien de la 1re ou 2e catégorie telles que définies à l’article 211-1 du code rural, de ne pas avoir fait procéder à l’identification de cet animal selon les modalités prévues à l’article 276-2 du code rural, est puni des peines prévues pour les contraventions de la 3e classe.

Article 9

Le garde des sceaux, ministre de la justice, le ministre de l’intérieur, le ministre de l’économie, des finances et de l’industrie, le ministre de la défense, le ministre de l’agriculture et de la pêche et la ministre de l’aménagement du territoire et de l’environnement sont chargés, chacun en ce qui le concerne, de l’exécution du présent décret, qui sera publié au Journal officiel de la République française.

Fait à Paris, le 29 décembre 1999.

partager